COMITE DE LA MANCHE DE TIR A L'ARC
Adresse
Téléphone
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
DANS LA MANCHE, ARBITRES AU FEMININ, ELLES ONT TROUVE LEUR PLACE
 
Mamans, épouses, archères, arbitres mais femmes avant tout : dans la Manche, elles sont cinq, parmi les hommes, à faire appliquer le règlement sur les concours. Et avec le sourire !
« Françoise Legoupil, Nadia Bothorel, Jessie Leprovost, Nathalie Groisil qui est encore en stage et moi », précise Josiane Gibert, rencontrée sur le pas de tir des Départementaux. « Nous sommes dans la moyenne nationale. Nous sommes peu de femmes, mais cela représente bien le pourcentage des femmes dans le tir à l’arc. »
 

Archère, oui ; femme, aussi

 
L'oeil de l'expert !

Alors, pourquoi devenir arbitre ? « Pour moi, raconte Josiane Gibert, ça représente une continuité dans tout ce que j’ai fais pour le tir à l’arc. Ça m’a d’abord paru naturel de devenir entraîneur. Et lorsque l’on est entraîneur, il paraît logique de connaître le règlement. Et puis, lorsque l’on organise des compétitions, il est aussi indispensable de connaître un minimum de règles. Ça a été aussi un pari avec Françoise. »
Françoise ? Mais bien sûr… Legoupil ! Ce petit bout de femme ne s’en laisse pas compter : « C’est vrai, avec Josiane, on s’y est mises ensemble, reconnaît Françoise, elle aussi en plein travail lors des Départementaux. Et puis Gérard était arbitre, alors pourquoi pas moi ? »
 

Un chemin semé d’embûches

 
Studieuse Nathalie !
 
Devenir arbitre ne se fait pas en claquant des doigts : « Il faut compter au minimum deux années pour y parvenir, revient Josiane Gibert. Les examens d’arbitrage sont de plus en plus fastidieux. On nous impose de plus en plus de choses qui vont peut-être décourager des personnes qui étaient intéressées. Ça nous inquiète un peu, surtout que le corps arbitral est en train de vieillir. Jessie et Nathalie sont les plus jeunes. »
De plus, il y a « des jeunes qui se sont engagés, qu’ils soient femmes ou hommes, mais qui n’arrivent jamais jusqu’au bout du cursus. Ils sont dans les études et n’ont plus le temps de travailler leur examen d’arbitre : il y a un gros pavé à ingurgiter, en plus des phases sur le terrain. »
 

Madame ou Monsieur l’arbitre

 
"Je ne me laisse pas impressionner par les tireurs."
 
Alors, sur le pas de tir, ça se passe comment ? « Ça arrive que l’on nous dise « Monsieur l’arbitre » pour juger une flèche. Alors, il nous arrive avec Françoise de ne pas bouger. On est un peu testées comme nos collègues masculins, mais en général ça se passe très bien. Le tir à l’arc est une grande famille. Quand on est une femme, il n’y a pas besoin d’être plus rigide. Les archers savent que l’on est là pour arbitrer en toute impartialité. »
« Je ne me laisse pas impressionner par les tireurs, ajoute Françoise Legoupil. Il faut faire sa place. Quand on est droit dans ses baskets, il n’y a pas de problèmes. Je n’ai jamais regretté d’être arbitre. »
 
Jessie Leprovost, spécialisée parcours nature-3D.

 

Des histoires de familles

 
Quand on parle tir à l’arc dans la famille Gibert, c’est un livre que l’on pourrait écrire. « Ça fait 17 ans que je suis dans le tir à l’arc. Comme tireur, entraîneur. Puis aux Comités départemental et régional. Et, si je ne me trompe pas, cinq ans d’arbitrage. »
Et il ne faut pas oublier Christian, président des Archers pieusais, membre du CD50, animateur de l’internet régional. Bref, à la maison, « on parle tir à l’arc. » « Peut-être qu’un jour nous serons remplacés », sourit Josiane. Chez les Legoupil, le scénario est le même : une passion familiale avec Gérard, président du club de Montebourg, membre du CD50 et président des arbitres de la Manche.
 

            
Le sourire de Nadia Bothorel
 
Peu nombreuses dans le tir à l’arc, comme dans d’autres sports, que ce soit comme archères, arbitres ou autres, les femmes savent trouver leur place, s’imposer et se faire aimer. Et c’est comme ça qu’on les aime !
P.L.


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

TIR A L'ARC AU FEMININ : premiere edition a COUTANCEs

Ce dimanche 2 octobre, dans le cadre de la promotion et de l'ouverture du mois du tir à l'arc au féminin, le Comité de la Manche de tir à l'arc via sa commission féminine a organisé une manifestation loisir dans la salle du club de Coutances.
Cette manifestation avait pour but d'amener de nouvelles licenciées à découvrir le tir à l'arc en compétition. Pour ce faire elles étaient associées en équipes avec un archer confirmé de leur club. Les débutantes tiraient sur un blason de 60 cm à une  distance de 15 m et les confirmés à 18 m.
8 clubs ont participé à cette rencontre avec 20 équipes réparties sur la journée (7 équipes le matin et 13 l'après-midi). Une vingtaine de débutantes ont pu découvrir dans une atmosphère détendue et conviviale, la manière dont se déroule une compétition et son règlement. 
Toutes les participantes sont reparties ravies et pour la plupart prêtes à entamer une saison de compétitions.
Affaire à suivre ...               Photos de cette journée
 
                  Merci à tous pour votre participation!